Prix rhônalpins du patrimoine - 2007
Les prix aurhalpins du patrimoine

Patrimoine Rhônalpin a reçu 51 dossiers pour l’année 2007. Pour la troisième année consécutive, AREA, Société des autoroutes de Rhône-Alpes, soutient les Prix rhônalpins du patrimoine. Sept Prix sont remis : deux en catégorie Projet, deux en Réalisation, deux en Savoir-Faire et un Trophée EDF LUX.

  • Un Prix Projet pour Monsieur Traversier (Charmes-sur-Rhône, Ardèche) : réhabilitation de l’usine Bellevue. Autrefois filature et moulinage, l’usine est en pierres pourries rouges de Porfrioride (pierres charriées par l’Embroye) et ses linteaux sont en grès de Planès (carrière du col de Rôtisson). L’usine utilisait l’eau d’un torrent, et pour pallier au manque d’eau selon les saisons, une grande cheminée servait à un “moteur à gaz pauvre”. Par la suite une turbine a été installée en contrebas de la bâtisse pour fournir l’énergie électrique. Les premiers travaux ont concerné les corniches refaites à l’identique par un compagnon du tour de France “staffeur” et les huisseries extérieures recréées dans les matériaux d’origine (châtaignier, sapin et huisseries métalliques). Copyright Pierre Traversier.
  • Une Mention Projet pour l’association Saint-Guignefort (Châtillon-sur-Chalaronne, Ain) : numérisation d’archives. La mairie de Châtillon-sur-Chalaronne a confié à l’association la mise en valeur de son corpus d’archives, composé de plus de 27 000 pages, collectées depuis 7 siècles, et regroupant principalement les comptes des syndics municipaux. Les techniques professionnelles de numérisation sont utilisées, afin de mettre ce patrimoine écrit à la disposition du plus grand nombre. Copyright Saint-Guignefort.
  • Un Prix Réalisation pour la commune de Champdieu (Loire) : aménagement patrimonial alliant la mise en valeur de ses fortifications et l’animation du patrimoine local. D’importantes découvertes ont permis à la ville d’aménager la Porte de Bise (XVe siècle) et les remparts médiévaux, avec la volonté de respecter l’architecture du bourg ancien. Cet aménagement a permis la création d’un centre d’interprétation historique à vocation touristique, véritable pôle d’accueil, de documentation et muséographique autour du patrimoine vernaculaire et de l’art roman dans le Forez en 2006. Copyright Commune de Champdieu.
  • Une Mention Réalisation pour les Amis du Vieux Mornant (Rhône) : restauration d’éléments du petit patrimoine. La loge de la famille Chaize (fin du XIXe siècle), en pierres et pisé, a ainsi été restaurée pour accueillir un petit musée sur l’outillage utilisé dans les vignes environnantes. La Croix de La Côte a également fait l’objet d’une rénovation par les bénévoles des fers profilés et du soubassement en pierres de taille. Ces travaux permettent de rendre au paysage mornantais son caractère vernaculaire. En complément, l’association a mis en place un circuit pédestre pour découvrir l’ensemble des rénovations. Copyright Amis du Vieux Mornant.
  • Un Prix Savoir-Faire pour Monsieur Pereira Branco (Romans-sur-Isère, Drôme) : restauration du bâti ancien, maçon et tailleur de pierre. Compagnon spécialisé dans le travail de la pierre et de la chaux. Après de nombreuses interventions en Drôme et Ardèche, Luis Pereira Branco a été chargé de restaurer les façades occidentale et méridionale de l’église des Recollets (XIXe s.) à Romans-sur-Isère (Drôme). Après avoir effectué un travail de recherche sur la manière dont les anciens réalisaient les assises vermiculées à la chaux naturelle ”battue aux brins”, la restauration a concerné, outre la reprise des enduits et les jointoiements, le remplacement d’ouvrages en pierre de taille dans les règles de l’art. Copyright Luis Pereira Branco.
  • Une Mention Savoir-Faire pour Monsieur de Vialet (Divonne-les-Bains, Ain) : artisan horlogeur. Il a restauré le mécanisme de l’horloge monumentale (1896) de la « mairie-école » du quartier de Vesenex à Divonne-les-Bains (Ain). Après démontage et nettoyage de toutes les pièces, la restauration a nécessité le remplacement de pièces usées, à l’aide d’un tour ou d’une fraiseuse, mais le plus souvent faites à la main. Les peintures en noir et or ont finalisé la restauration avant montage à blanc puis remontage des sous-ensembles (axes, roues, ancre, barillet, cadran de contrôle…). L’huilage, enfin, est la dernière étape avant l’installation du balancier. L’horloge de Vesenex sera réinstallée et mise en valeur dans une armoire de verre. DR.
  • Un Trophée EDF pour la commune de Rochemaure (Ardèche) : mise en lumière du château féodal (XIIe-XVe siècles). Demeure seigneuriale jusqu’en 1440, puis résidence des gouverneurs jusqu’en 1630, le prince de Rohan décidera d’en vendre la toiture en 1730. Ce château en ruine, acquis par la mairie en 1974, est situé sur un filon de lave volcanique (dyke). L’ensemble est constitué d’un donjon bâti en tour pentagonale, d’une maison seigneuriale (XIIIe siècle), des remparts de Galade qui se terminent par la tour de Bise également restaurée. En contrebas, la tour du Guast est flanquée de deux tours de défense et d’un corps d’habitation. Copyright Commune de Rochemaure.

La cérémonie de remise des Prix rhônalpins du patrimoine 2007 a lieu à l’occasion du « 1er Pique-nique patrimonial de Rhône-Alpes » sur le site de Notre-Dame de Parménie à Izeaux en Isère.

Voir le dossier de presse.

  • Réhabilitation de l'usine Bellevue (Charmes-sur-Rhône, Ardèche)
  • Numérisation d'une partie des archives municipales (Châtillon-sur-Chalaronne, Ain)
  • Création d'un centre d'interprétation dans la Porte de Bise (Champdieu, Loire)
  • Restauration de la loge Jean Chaize et de la croix de la Côte (Mornant, Rhône)
  • Savoir-faire de maçon et tailleur de pierre (Romans-sur-Isère, Drôme)
  • Savoir-faire d'horlogeur (Divonne-les-Bains, Ain)
  • Mise en lumière du château féodal (Rochemaure, Ardèche)