Bâtiments industriels de la peau et du cuir
CuirHydroélectricité 07 - Ardèche

Historique :

Les industries de la peau et du cuir d’Annonay

Au sein de la vallée de la Cance, plusieurs usines désaffectées et deux cheminées en briques sont les témoins d’un ensemble industriel remarquable allant de la fin du XVIIIe siècle à la première moitié du XXe siècle.

Historique :

En 1815, les mégisseries d’Annonay qui travaillent des peaux de chevreaux pour les ganteries ; prennent leur essor. Le nombre d’ouvriers est multiplié par 16 dans la première moitié du XIXe siècle, passant de 120 à la chute de Napoléon à 2000 sous le Second Empire.

Annonay devient alors la capitale mondiale de la mégisserie pour ganterie avec pas moins de 8 millions de peaux transformées chaque année dans le dernier tiers du XIXe siècle. En parallèle, des tanneurs comme Meyzonnier (plus important tanneur de France en 1913) développent leur activité et à la veille de la grande guerre, la ville occupe 800 mégissiers et 1200 tanneurs faisant d’Annonay un des principaux centres de production de cuir de France et d’Europe. Enfin, les années 1930 – 1950 voient l’implantation et le développement d’une importante usine de chaussure Duchier, qui, occupa près de 500 personnes dans les années 1970 et fabriquait annuellement près de 300 000 paires de chaussures de luxe pour femme.

Le patrimoine :

Si historiquement les bords de la Deume abritèrent le plus grand nombre de mégisseries, c’est aujourd’hui le quartier de Cance qui possède le plus de vestige de ces activités industrielles. Pour commencer, à la confluence de la Deume et de la Cance, l’actuelle tannerie occupe une partie des anciens locaux de la tannerie Ribes (construite en 1898) et possède une des dernières cheminées en brique d’Annonay. En amont, on trouve les anciens locaux de la tannerie Meyzonnier, dont une partie est désaffectée (quai de Merle) et l’autre occupée par des services municipaux et une maroquinerie. Toujours en aval, en face de l’église de Cance, on peut encore observer les plus anciens témoignages architecturaux de l’activité de la peau d’Annonay avec d’anciennes mégisseries probablement construites à la fin du XVIIIe siècle, et aujourd’hui, reconverties en habitations. Un de ces bâtiments a également occupé une parcheminerie durant l’entre-deux-guerres.

En amont du pont Cance, se trouve, d’une part la plus récente mégisserie construite dans le quartier de Cance (en 1908), qui avoisine les anciens locaux de la fabrique de chaussures Duchier (construits en 1944 et occupé jusqu’en 1980 ; aujourd’hui reconvertis). Sur l’autre rive, se trouvent les anciens bâtiments de la tannerie Franc (fermée en 1954), laissés à l’abandon. Enfin, en suivant le chemin des falcons, on trouve l’ancienne mégisserie des falcons qui cessa son activité dans les années 1960 et qui possède l’une des dernières cheminées en briques d’Annonay. Il est à noté qu’un musée à ouvert en 2010, il retrace l’histoire des industries de la peau et du cuir à Annonay.

Légendes des illustrations de la galerie :

  1. Ancienne entrée de la tannerie ©E. Meyzonnier
  2. Ancienne mégisserie sur les bords de la Deume
  3. Cheminée de l’ancienne mégisserie des falcons
  4. L’actuelle tannerie et en arrière plan les anciens locaux de la tannerie Ribes (avec sa cheminée)
  5. Locaux abandonnés de la tannerie Franc
  6. Mégisserie Parat, construite en 1908
  7. Mégisseries construites fin XVIIIe siècle. Le bâtiment en jaune abrita une parcheminerie dans les années 1920.
  8. Vue des anciens locaux de la tannerie Meyzonnier, sur les deux rives de la Cance

Contact